Hausse des frais d’inscription pour les étudiant·e·s étranger·e·s : l’UNEF, le SAF, L’Etudiant 221, La FEGAF, Les jeunes Burkinabais de France, l’ADEEF, la FESSEF, le SNESUP saisissent le Conseil d’Etat !

L’arrêté entérinant la hausse des frais d’inscription pour les étudiant·e·s étranger·e·s hors Union Européenne a été publié ce dimanche 21 avril, consacrant ainsi un tri social par l’argent et réservant l’accès de l’Enseignement supérieur français à une élite financière. 

Ainsi des étudiant·e·s devront payer des frais d’inscription 16 fois plus élevés que d’autres à partir de la rentrée prochaine entraînant une véritable discrimination. C’est un changement profond du mode de fonctionnement de notre Enseignement supérieur et la fin de l’université quasi-gratuite pour beaucoup d’étudiant·e·s

Cette publication s’est faite contre l’avis de la communauté universitaire qui avait largement rejeté ce projet au sein du CNESER. Dans ce sens, les organisations syndicales de l’Enseignement supérieur ont demandé le retrait de la mesure et plus d’une vingtaine d’établissements ont décidé de ne pas appliquer cette décision en exonérant de ces frais supplémentaires les étudiant·e·s étranger·e·s concerné·e·s par la mesure. Si face à la forte mobilisation les doctorant·e·s étranger·e·s ainsi que les étudiant·e·s déjà en France n’auront pas à payer de frais différenciés quel que soit leur cycle d’étude, cette mesure va toucher de nombreux·ses étudiant·e·s dès la rentrée 2019 contrairement à ce qui était revendiqué. C’est un passage en force inédit du Gouvernement qui, de plus, officialise cette mesure un dimanche et la veille d’un jour férié en catimini.

L’UNEF, le SAF, l’Etudiant 221, les Jeunes Burkinabais de France, l’ADEEF, la FESSEF vont donc saisir le Conseil d’Etat, avec le soutien de la FEGAF, contre l’arrêté publié par le Ministère.