Elections au CNESER : L’UNEF conserve sa seconde place dans le milieu étudiant mais doit se renouveler

Ces dernières semaines, les élu·e·s étudiant·e·s de l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur étaient appelé·e·s à voter pour élire leurs représentant·e·s au Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, organe national et consultatif du Ministère de l’Enseignement Supérieur sur toutes les questions qui ont trait à nos établissements, leur financement et les droits étudiants.

L’UNEF conserve sa seconde place dans le milieu étudiant

Deuxième organisation étudiante au CNESER comme au CNOUS en janvier, l’UNEF conserve son rôle important dans le milieu étudiant en réunissant pour ce scrutin 274 voix et 20% des suffrages. Malgré une baisse importante du nombre de voix réuni par l’UNEF, les étudiant·e·s, à travers leurs élu·e·s, continuent de voir en l’UNEF un outil nécessaire pour les défendre et améliorer leurs conditions de vie et d’étude. Avec 2 élu·e·s sur 11 au CNESER, l’UNEF reste un acteur important du monde étudiant pour les deux années à venir.

Ainsi si l’UNEF maintient sa seconde place dans le milieu étudiant, le syndicalisme étudiant subit un important recul. En effet, la division du syndicalisme étudiant a eu un effet destructeur pour la représentation syndicale étudiante permettant la progression sans précédent du corporatisme.

Des élections au CNESER qui se déroulaient dans un contexte particulier

Les dernières élections dans les conseils centraux se tenaient dans un contexte marqué par le choix de l’UNEF de lancer une mobilisation nationale d’ampleur contre la mise en place de la sélection à l’entrée de l’Enseignement supérieur. Dans ce contexte de remise en cause sans précédent de l’accès de tou·te·s à l’université, nous avons fait le choix de privilégier la mobilisation aux élections. Les élections étudiantes sur les universités ont par ailleurs, en grande majorité, continué à voir la participation baisser démontrant une progression de la défiance des étudiant·e·s vis-à-vis de l’outil du vote.

Porter le renouveau du syndicalisme étudiant à travers le renouveau de l’UNEF

Si les voix réunies par notre liste ne correspondent pas au nombre d’élu·e·s fait par l’UNEF lors du dernier cycle électoral, des élu·e·s ayant fait le choix de soutenir une autre liste en dépit du mandat qui leur a été donné par les étudiant·e·s du fait de bouleversements internes, ces résultats reflètent une réalité importante : l’UNEF doit se renouveler. Nous devons entamer des transformations importantes pour défendre au mieux les droits des étudiant·e·s. Ces résultats appellent de manière plus large à un renouvellement du syndicalisme étudiant dans son ensemble.

En effet, les résultats au CNESER ne sauraient uniquement se justifier par la division du mouvement syndical et le contexte exceptionnel de ces élections. Ils résultent également d’une difficulté que rencontre le syndicalisme étudiant à démontrer son utilité concrète, à convaincre de l’engagement syndical et à mener de front mobilisation étudiante et élections afin d’avoir une démarche syndicale efficace.

Ces élections sont néanmoins bien loin de sonner le glas d’une alternative crédible à la résignation. Convaincu·e·s de la nécessité d’un syndicat étudiant fort, nous avons déjà commencé à nous renouveler et continuerons dans cette voie avec pour objectif de démontrer notre utilité concrète, de faire évoluer nos pratiques syndicales et de renforcer notre rapport de force pour nous faire entendre. Les mois qui viennent seront l’occasion pour l’UNEF d’annoncer des évolutions en ce sens.