Le mois des fiertés s’achève, l’UNEF continue le combat contre les LGBTI+ phobies !

A l’occasion du mois des fiertés, l’UNEF a appelé les étudiant·e·s a participer aux marches pour défendre les droits des personnes LGBTI+. 50 ans après les émeutes de Stonewall du 28 juin 1969 et la première marche des fiertés organisée le 28 juin 1970, il était essentiel d’interpeller par des marches festives et revendicatives afin d’exiger des droits pour les personnes LGBTI+ et  lutter contre les LGBTI+ phobies. A la clôture de ce mois des fiertés, le combat continue et l’UNEF revendique des avancées pour les étudiant·e·s LGBTI+

Des LGBTI+phobies encore bien trop présentes dans notre société

Si les différentes marches ont souvent réuni plus de monde que l’année passée, les LGBTI+phobies sont encore bien trop présentes dans notre société. D’après SOS Homophobie, les agressions physiques à l’encontre de personnes LGBTI+ ont progressé de 66% cette année. Dans le même temps, les droits des personnes LGBTI+ ne progressent pas : une personne ayant des relations homosexuelles ne peut toujours pas donner son sang, une personne transgenre passe par un parcours d’obstacles pour faire reconnaitre sa transition par l’Etat etc… Les étudiant·e·s sont directement concerné·e·s par ces inégalités et la multiplication des actes LGBTI+phobes

La mise en place de la PMA pour tou·te·s: un droit qui se fait attendre

 Alors que depuis son élection le Gouvernement a affirmé sa volonté d’ouvrir la PMA à toutes les personnes souhaitant y recourir, nous sommes tou·te·s encore dans l’attente. Si Edouard Philippe a annoncé la présentation de la loi bioéthique en septembre, les contours de son application et de la filiation restent flou. L’UNEF réaffirme la nécessité de rendre accessible la PMA à tou·te·s indépendamment de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre. Cela nécessite de reconnaître le droit à la filiation qui en résulte.

Dans l’Enseignement supérieur, un combat contre les LGBTI+phobies qui doit s’amplifier

Les LGBTI+phobies sont encore trop nombreuses dans nos établissements. Si le Ministère de l’Enseignement supérieur a annoncé des mesures sur le sujet, celles-ci ne sont pas suffisantes. L’Enseignement supérieur tient une place particulière dans la société en raison de son impact culturel et de son rôle de formation des nouvelles générations aux enjeux de la société. Il est essentiel que nos établissements luttent enfin efficacement contre les LGBTI+phobies et les inégalités qui sont un frein à la réussite des étudiant·e·s LGBTI+.

L’UNEF revendique :

  • Une réforme législative garantissant à l’ensemble des étudiant·e·s transgenres la possibilité pour elles et eux d’utiliser leur prénom d’usage sur leur carte étudiante, leur mail universitaire, sur les listes d’appel mais également sur le diplôme universitaire et dans le cadre des élections étudiantes sur simple demande.
  • La mise en place de toilettes neutres
  • La mise à disposition par les CROUS de manière permanente de logements pour les étudiant·e·s LGBTI+ en situation d’urgence. 
  • Un cadrage national du contenu des formations de lutte contre les discriminations LGBTIphobes annoncées par le Ministère de l’Enseignement supérieur
  • La mise en place de chartes de l’égalité et de cellules d’écoute et d’accompagnement avec des professionnel·le·s des violences vécues par des étudiant·e·s
  • L’intégration de module de lutte contre les LGBIT+phobies dans nos formations