Explosion du nombre de jeunes sans inscription : il y a urgence à mettre fin à la sélection !

Ce vendredi 17 juillet, la phase principale de Parcoursup se clôture et le nombre de jeunes sans inscription explose : 129 601 personnes ne se sont pas vues proposer d’inscription par la plateforme contre 109 321 en 2019. Encore aujourd’hui, 93 135 personnes attendent une place sur la plateforme contre 58 724 l’année dernière. L’UNEF tire la sonnette d’alarme !

34 411 jeunes de plus en attente de place à la fin de la procédure principale !

Alors que la plateforme se clôture aujourd’hui 93 135 jeunes sont encore en attente de place dans l’Enseignement supérieur. Par rapport à l’année dernière, 34 411 jeunes de plus se retrouvent sans solution d’inscription. Dans le détail, près de 54 000 lycéen·ne·s attendent encore une proposition d’inscription ainsi que plus de 39 000 jeunes en réorientation. L’UNEF alerte sur cette situation : les jeunes ne trouvant pas de place dans l’Enseignement supérieur ne peuvent être réduit·e·s à des pourcentages. Pour chacun·e, ce sont des projets d’avenir brisés à cause de la sélection instaurée à l’entrée de l’université en 2018 ! L’UNEF rappelle que le nombre de candidat·e·s en réorientation ne cesse d’augmenter, souvent suite à une inscription dans une filière choisie par défaut faute de place sur Parcoursup. La situation risque donc de s’aggraver d’année en année.

Le processus de sélection mis en place par Parcoursup empêche de plus en plus de jeunes de faire des études

Ces chiffres ne sont pas surprenants puisque la croissance démographique contribue chaque année à augmenter le nombre d’étudiant·e·s et que 68 379 jeunes en plus avaient candidaté sur Parcoursup cette année. Si les résultats du baccalauréat n’étaient pas encore connus, ces chiffres l’étaient. L’UNEF dénonce l’absence d’anticipation du Gouvernement, mais plus encore le choix de sélectionner les étudiant·e·s plutôt que de permettre à chacun·e d’avoir une place dans la filière de son choix. Par ailleurs, alors que le nombre d’étudiant·e·s ne cesse de progresser, certaines universités diminuent leurs capacités d’accueil renforçant encore la sélection, permise par le Gouvernement par la loi “Orientation et Réussite des Etudiants”. Enfin, le faible nombre de jeunes accompagné∙e∙s par les Commissions d’Accès à l’Enseignement Supérieur (CAES) est également inquiétant. En effet, sur 93 135 jeunes en attente de place sur la plateforme, seul∙e∙s 10 443  sont suivi·e·s par les CAES : les autres jeunes ne doivent pas être abandonné·e·s !

L’UNEF et ses partenaires continuent leur campagne SOS Inscription

Dans un tel contexte, l’UNEF, l’UNL, la FCPE, le SAF et l’association PLUS continuent leur campagne SOS Inscription afin d’accompagner chaque jeune sans inscription ou n’ayant pas eu accès à la filière de son choix. Nous invitons tou∙te∙s les jeunes dans cette situation à nous contacter via le site internet sos-inscription.fr ou la hotline 0 806 079 069.

Face à cette situation, l’UNEF revendique : 

–          La création de places en urgence dans les établissements d’Enseignement supérieur dans les filières les plus demandées : il est indispensable de préciser et flécher la création des 200 000 places annoncées par Emmanuel Macron

–          Un investissement conséquent d’un milliard d’euros par an pendant 10 ans pour permettre aux universités de remplir leur mission de service public et dispenser des formations dans des conditions d’études décentes

–        L’abandon du processus de sélection mis en place via Parcoursup et la loi « Orientation et Réussite des Etudiants » en 2018